fr
  • de
  • en
  • fr
  • nl
fr
  • de
  • en
  • fr
  • nl

« Nous jetons les choses les plus absurdes »

sur September 08, 2020
Entre ses études, Wesley a travaillé comme éboueur pendant un an. Un métier dont on dirait qu'il y a beaucoup de préjugés à son sujet. Mais le vivent-ils aussi de cette façon ? Sont-ils surpris de la quantité de déchets qu'ils collectent chaque jour ? Nous savons tous que nous vivons dans une société du jetable, mais nous n'y sommes pas confrontés au quotidien. C'est pourquoi nous pourrions oublier à quel point c'est vraiment grave. Nous en avons discuté avec Wesley.

L'entretien a lieu à 08h20, pas très tôt pour un éboueur bien sûr. Cela se remarque également, car Wesley est d'accord avec ses paroles. « Vous marchez à travers le vent et la météo. Vous devez être habitué à cela et vous devez le regarder de manière positive, sinon une journée prendra beaucoup de temps", déclare Wesley lorsque nous lui demandons comment il a vécu le travail d'éboueur. Une attitude positive est donc certainement importante. Pour en venir au sujet des préjugés, on lui demande s'il se sent valorisé dans son métier. «Toujours», répond-il immédiatement sans réfléchir. « En été, nous recevions des bouteilles d'eau et de la nourriture de la part de nombreuses personnes. Il y a plus de gens qui font ce travail que vous ne le pensez. Les gens se rendent compte que c'est un métier nécessaire."

Les gens pensent souvent que les éboueurs sont généralement moins instruits, mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. "Il y a moins de personnes peu qualifiées que vous ne le pensez", explique Wesley. « C'est une profession très complexe et il y a une planification assez structurée derrière elle. Nous ramassons les ordures d'environ 50 000 personnes, vous ne pouvez pas planifier aussi rapidement le jour même. Nous ne pouvons tout simplement pas faire notre travail sans un bon travail d'équipe. » Il y a donc aussi pas mal de pression derrière cela. Ce n'est pas comme si les hommes pouvaient y aller doucement. "J'espère que les gens le réalisent aussi, si jamais nous tombons un peu impoli."

Ils travaillent actuellement sur un essai à Zeeuws-Vlaanderen, l'un des rares aux Pays-Bas. Ils ne séparent le plastique du reste qu'une fois dans l'usine. « C'est beaucoup plus respectueux de l'environnement et cela économise des coûts pour les citoyens », dit Wesley. Ce qui est un inconvénient, c'est que les camions à ordures se remplissent plus rapidement, car le plastique prend beaucoup de place. «Normalement, nous pouvions faire un quartier en une seule fois, mais maintenant nous devions décharger entre les deux. Mais s'il pleuvait, cela signifiait que nous pouvions nous asseoir au sec dans la voiture pendant un moment, donc c'était à nouveau agréable ». Il y a l'attitude positive dont il parlait !

Beaucoup de choses sont jetées aux Pays-Bas. Aussi des choses que nous pouvons facilement réutiliser. Quelle est la solution pour ça ? « Regardez simplement ce que vous utilisez », répond immédiatement Wesley. « Il y a beaucoup de choses que vous pouvez encore réutiliser. Aussi de la nourriture que vous pouvez toujours manger. Nous avons jeté les choses les plus absurdes. Poussettes, ordinateurs portables, ces choses peuvent toutes aller dans une friperie ou simplement sur Marktplaats. C'est donc là que nous voyons déjà la société du jetable. Au lieu de donner une seconde chance à nos affaires, nous les mettons simplement à la poubelle. Ce sont donc des choses dont vous devenez encore plus conscient lorsque vous travaillez comme éboueur. Ce serait peut-être bon pour tout le monde pendant une journée ou une semaine. Le conseil que Wesley nous donne est : « Regardez à deux fois avant de jeter quelque chose et faites attention à vos affaires, alors vous n'avez pas simplement à les jeter ! »

Laisser une réponse

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.


RETOUR AU SOMMET