fr
  • de
  • en
  • fr
  • nl
fr
  • de
  • en
  • fr
  • nl

Les 6 plus grands défis de MOYU.

Parce que ça peut toujours être mieux 💚

Chez MOYU, nous cherchons constamment ce qui peut être amélioré et, surtout, comment. Nous voulons que notre processus de production, notre transport et notre produit soient aussi durable, équitable et fonctionnel activer. Nous sommes fiers d'avoir déjà pu développer un si bon produit, mais nous sommes également conscients des défis qui nous attendent. Vous ne connaissez pas encore notre mission et nos produits ? Nous continuons à lutter contre le gaspillage de papier et la déforestation cahiers effaçables de papier de pierre offre qui durent indéfiniment. 

Nous avons le principaux défis collectés et répertoriés. Puisque la transparence et l'ouverture sont importantes pour nous, nous partageons ces défis avec vous ci-dessous et nous vous donnons notre vision sur eux. De cette façon, vous pouvez faire votre propre évaluation et décider si MOYU vous convient. Peu importe que vous décidiez d'acheter un livret MOYU ou non. Le fait est que vous pouvez et pouvez avoir un aperçu de notre processus de production, des objections possibles à nos produits et que vous pouvez vous faire votre propre opinion à ce sujet. 

Prêt pour? Allons-y! 😎

Défi 1 : la chaîne n'est pas circulaire ♻️

De nombreuses personnes nous demandent si notre produit est entièrement recyclable. En fait, notre produit ne causerait-il pas plus de problèmes et de pollution, car il contient du plastique et ne peut donc pas être remis avec le plastique et non avec le papier ? 

Actuellement, le recyclage du papier de pierre (avec Certificat Cradle to Cradle Silver) uniquement possible à Taïwan et dans d'autres pays asiatiques. Cependant, il n'y a pas encore d'usine spéciale pour cela en Europe occidentale. Raison? Il n'y a pas encore une demande suffisante pour le papier de pierre, il n'est donc pas (assez) rentable pour les parties d'ouvrir une usine localement. 

Cependant, le retour du papier de pierre à l'usine de Taïwan a un impact négatif majeur sur l'environnement. 😧 C'est pourquoi nous avons choisi de conserver le papier de pierre (sous forme de livrets MOYU usagés) aux Pays-Bas. Dès que la demande de papier de pierre sera suffisante, une usine de papier de pierre sera installée en Europe occidentale et nous pourrons entièrement recycler le papier de pierre localement avec un impact minimal. Heureusement, il y a de plus en plus de parties intéressées et de consommateurs, nous pensons donc que cela pourra être réalisé à court terme.

Enfin, nous aimerions mentionner que nous avions également des doutes sur la circularité d'un cahier en papier de pierre. La dernière chose que nous voulons, c'est aggraver le problème des déchets ! Pourtant, Erick Wuestman, expert en économie circulaire chez KplusV, nous a (encore une fois) convaincu que le papier de pierre est circulaire, même si les flux de recyclage et de déchets (ici) ne peuvent pas encore être utilisés. Le fait que nos livrets puissent être réécrits et réutilisés au moins 500 fois les rend circulaires. ♻️ 

Défi 2 : Il y a du plastique dans le papier .

Un argument très compréhensible. Dans un monde idéal, nous n'utiliserions aucun plastique dans notre produit. Mais la réalité est que les autres options sont limitées, alors nous choisissons Plastique HDPE (polyéthylène haute densité). Ce plastique sert de liant et est actuellement la seule et la plus durable option que nous puissions choisir. Il est fabriqué à partir de pétrole et est classé comme bien recyclable Plastique. Si un livret MOYU se retrouve avec les déchets, il est traité selon le flux plastique. Lorsqu'il est brûlé, aucune fumée toxique n'est dégagée et le carbonate de calcium (qui se trouve dans le papier de pierre) neutralise même d'autres substances toxiques dans le four. 

Notre ambition est de passer à bioplastique, mais là aussi, la demande doit d'abord augmenter avant que nous puissions nous en rendre compte. Sinon, ce n'est pas assez rentable pour de nombreux partis et c'est trop cher à financer. 

De plus, nous pensons qu'il n'y a rien de mal avec le plastique en soi. Le plastique n'est un problème que s'il utilisé une fois puis se retrouve quelque part où il n'appartient pas : l'océan, un nid d'oiseau (et un jeune oiseau), dans notre nourriture, etc. Dès que vous utilisez du plastique « intelligemment » et que vous continuez à le réutiliser dans la même chaîne, son impact est minime.

 

Défi 3 : Les stylos sont en plastique ✍

Il est vrai que nos stylos sont en plastique. Cependant, nous sommes (pendant que vous lisez ceci) occupés à produire des stylos à partir de matériaux de récupération. Nous savons que notre stylo actuel fait ce qu'il est censé faire, mais pas de la manière que nous voudrions. Bref : le stylo ne correspond pas à la vision du futur de MOYU. Nous avons choisi de continuer à utiliser le stylet pour que la fonction d'effacement et de réécriture soit possible. 

Le point positif du stylo actuel est qu'il rechargeable est. Vous n'avez donc pas besoin d'acheter un nouveau stylo à chaque fois - juste une nouvelle recharge (la recharge s'épuise après 1 à 3 mois, selon l'intensité d'utilisation du stylo). 

Êtes-vous ou connaissez-vous quelqu'un qui a une bonne alternative pour notre stylo actuel ? Faites-nous savoir à bonjour@moyu.rocks ! 🙏🏻

Défi 4 : Le papier de pierre doit venir de Taïwan 🚢

C'est exact. Comme nous l'avons déjà expliqué plus haut, il n'existe pas encore d'usine de papier de pierre aux Pays-Bas ou dans le reste de l'Europe. Et donc Taiwan est actuellement notre seule option pour produire nos brochures. Cela signifie que le transport se fait par bateau, ce qui a bien sûr un impact sur l'environnement. Nous préférons voir cela différemment ! Ceci dit : les émissions de CO2 par kilo transporté sont heureusement bien moins polluantes avec du papier pierre qu'avec du papier ordinaire. Si vous additionnez le processus de production et de transport, le papier pierre émet 67 % de CO2 en moins par rapport au papier ordinaire. 

Nous attachons une grande importance à l'ouverture et à la transparence. C'est pourquoi nous avons processus de production et de transport actuel ouvertement sur la table posé. Les 8 différentes étapes associées à ces processus peuvent être ici dans un aperçu clair.

Défi 5 : L'« expérience d'écriture » est différente du papier ordinaire 😯

Si vous n'avez jamais écrit sur du papier rock, nous comprenons parfaitement que l'idée ne semble pas très attrayante.
Papier de pierre... n'est-ce pas très lourd ? Rugueux? Gros, grosse? Vous le nommez. 

Même si nous voulons rester très critiques, nous ne voyons pas vraiment cela comme un défi - plutôt comme un processus qui le temps et surtout l'expérience besoin. Presque tous ceux qui essaient d'écrire sur du papier de pierre (et ça fait beaucoup de monde maintenant !) sont rapidement enthousiastes. Il est en effet légèrement plus épais que le papier ordinaire et donc légèrement plus lourd. De plus, c'est plus fluide et il faut attendre un peu avant de tourner la page, pour que l'encre soit complètement sèche (en moins de 8 secondes). La combinaison de la fermeté et de la douceur signifie que le papier écrit très doucement et finement.

Vous avez un doute ? On comprend tout à fait ça ! Le papier de pierre est, après tout, un concept relativement inconnu pour beaucoup de gens. C'est pourquoi nous proposons Garantie de remboursement de 60 jours: nous ne sommes heureux que lorsque vous êtes heureux ;-) 


Défi 6 : Quel est l'intérêt de planter des arbres au Kenya ? 🌳

On se pose parfois la question : ne vaut-il pas mieux planter des arbres aux Pays-Bas ? Autrement dit.. Avoir quelque chose nous aux Pays-Bas sur un arbre au Kenya ?

Le fondateur Roel a vécu au Kenya et connaît très bien la communauté Trees For Kenya. Il existe une profonde confiance mutuelle et nous savons ce qu'il advient de l'argent qui va à cette organisation : 

  • L'organisation prévoitarbres indigènesdos;
  • Ce qui est important pour le une flore et une faune uniques, qui sera perdu s'il n'est pas conservé intact ; 
  • Cette flore et cette faune contribuent non seulement à l'écosystème local, mais aussi à la global écosystème (ainsi aussi aux Pays-Bas); 
  • L'organisation travaille en collaboration avec les écoles, afin que enfants être impliqué dans des projets de plantation d'arbres dès le plus jeune âge;
  • Il y a pas d'intermédiairej et ainsi nous savons exactement comment fonctionne le processus. La transparence, l'ouverture et la confiance sont primordiales.

Pour d'autres informations sur les effets des arbres et des projets d'arbres, Roel a écrit un blog, que vous pouvez trouver ici

Enfin, nous n'allons pas faire la différence à nous seuls. C'est pourquoi nous collaborons avec des parties qui, tout comme nous, ont le cœur à la nature. Trees For Kenya est un tel parti, mais cela n'exclut pas le fait que nous ne voulons pas travailler avec d'autres organisations. Nous sommes ouverts à divers projets et à tous ceux qui veulent aider! 🙌 


Laisser une réponse

Les commentaires doivent être approuvés avant de s'afficher


RETOUR AU SOMMET